Image of BABY CHAOS : Skulls. Skulls. Skulls. Show me the glory
  • Image of BABY CHAOS : Skulls. Skulls. Skulls. Show me the glory
  • Image of BABY CHAOS : Skulls. Skulls. Skulls. Show me the glory
  • Image of BABY CHAOS : Skulls. Skulls. Skulls. Show me the glory

BABY CHAOS : Skulls. Skulls. Skulls. Show me the glory

by BABY CHAOS

15.00



ONLY 50 LPs AVAILABLE !
Every pack comes with a free poster !

(ENG)
Seventeen years after their last album, Baby Chaos return with a new barrage of blistering riffs, melodic muscle and thoughts on the human condition. The elaborately-titled Skulls, Skulls, Skulls, Show Me The Glory will fizz out of your speakers, triggering an avalanche of scuzzed-up guitars and rich harmonies.
The band’s third studio album has been recorded by the original line-up: Chris Gordon (vocals, guitar), Grant McFarlane (guitar), Bobby Dunn (bass) and Davy Greenwood (drums).
“When we came back together,” says Chris, “I really had no idea if we would see it through. I didn’t know if it was going to be enjoyable or just a pain in the arse, but it’s been really great working with everyone again. The most gratifying thing is that we all agree this album is far and away the best thing Baby Chaos have done together.”
Skulls, Skulls, Skulls, Show Me The Glory retains that instantly recognisable Baby Chaos verve and swagger, while showcasing how the band’s songwriting has matured during the long hiatus.
Chris Gordon’s voice explores bold new dimensions and each song has a unique identity. This album has everything, from the opening bludgeon of You Can’t Shut Us Up, to the wistfully anthemic We Were Youth, to Blackbirds’ quirky schizophrenia, to the old-school pop-rock chug of A Tingling On Your Bright Skin, to the beautifully panoramic Out Of The Silence. You’ll have a different favourite song every week, maybe every day.
The Chaos began when the band members met at school, in the small town of Stewarton, Ayrshire. Baby Chaos have resided in Glasgow since their early 20s and in 1993 were signed to East West Records by the former Happy Mondays manager Nathan McCough. They then threw themselves headlong into touring and recording for the next four years.
Their 1994 debut album Safe Sex, Designer Drugs and the Death of Rock and Roll established them as energetic upstarts with great songs, before 1996’s bruising Love Your Self Abuse elevated their style to a whole new level.
Both albums were well received, with the latter gaining a much-coveted five-K review in top UK weekly magazine Kerrang! Some years later, that same magazine included Love You Self Abuse in its 100 Best British Rock Albums of All Time list. The band toured across the UK and Europe, with France proving particularly receptive. Both albums were also released in the US, where the band played a long tour in 1995.
Drummer Davy left the fold in 1996 after some health problems. The beginning of The Great Baby Chaos Hiatus was marked by a change of name to Deckard in 1998, as Chris and co signed a new record deal with Reprise in the US. At that time, the band wanted to push in a slightly different direction and start afresh with new drummer Gen Matthews (previously of Jesus Jones) on board.
Since then, there have been many musical twists and turns including Regency Buck and Union of Knives, the latter band seeing Chris pursue a very different direction while his writing skills continued to shine. He also gained attention for his production work, with highlights including a clutch of number ones for Spanish superstar Monica Naranjo.
Baby Chaos burst back into life in December 2010, when Ginger Wildheart enticed them into playing a Glasgow reunion gig, with Davy back on the drum stool. While this show was initially anticipated to be a oneoff, it went so well that the band felt inspired to work together again. They were clear, however, that the focus had to be on new material – it couldn’t just be a nostalgic jaunt back to the wildness of their youth. For these restless creatives, moving onwards and upwards was the only option.
“Our enduring friendships are what brought the band back together as much as anything,” says Chris. “If this record had not been a pleasure to make, we would have stopped almost before we started. But when we got together and thrashed out ideas for new songs, we found great humour and comfort in each other’s company.”
The recording of Skulls… began at the end of 2013 and continued throughout 2014, as the band found time in their otherwise busy lives to construct an album they felt worthy of the world’s attention. The result is an explosive and emotionally textured album very much of its time, which stands proudly alongside recent releases by the likes of fellow Scots Biffy Clyro, Queens of the Stone Age, Muse, Foo Fighters and The Killers.

(FR)
Dix-sept ans après son précédent album, Baby Chaos revient avec un nouveau déferlement de riffs percutants, de mélodies musclées et de réflexions sur la condition humaine.
Cet album, justement intitulé Skulls, Skulls, Skulls, Show Me The Glory fera grésiller vos enceintes, grâce à une avalanche de guitares saturées et d'harmonies envoûtantes.
Les membres originaux du groupe ont participé à l'enregistrement de ce troisième album : Chris Gordon (chant, guitare), Grant McFarlane (guitare), Bobby Dunn (basse) and Davy Greenwood (batterie).
“Quand nous nous sommes retrouvés,” dit Chris, “nous ne savions vraiment pas à quoi nous attendre. Nous ne savions pas encore si nous allions y trouver du plaisir ou juste passer un sale moment, mais ce fut un vrai bonheur que de retravailler ensemble. Le plus gratifiant fut de s'accorder sur le fait que cet album est de loin la meilleure chose que Baby Chaos ait produit à ce jour.”
Skulls, Skulls, Skulls, Show Me The Glory possède la verve et l'arrogance qui caractérisent le style de Baby Chaos et démontre également la manière dont le groupe a évolué dans son écriture pendant cette longue interruption.
La voix de Chris Gordon explore avec audace de nouvelles dimensions et chaque morceau possède une identité qui lui est propre. Cet album a tout, de l'ouverture à coup de massue de You Can’t Shut Us Up, à l'hymne mélancolique de We Were Youth en passant l'excentricité schizophrène de Blackbirds, la légèreté pop-rock old-school de A Tingling On Your Bright Skin, ou le fabuleux panorama de Out Of The Silence.
Vous aurez une nouvelle chanson préférée chaque semaine, voire chaque jour.
Le Chaos a débuté quand les membres du groupe se sont rencontrés sur les bancs de l'école, dans la petite ville de Stewarton, dans la région du Ayrshire en Ecosse. A 20 ans, les Les Baby Chaos se retrouvent à Glasgow. En 1993, ils signent chez East West Records, dirigé par l'ancien manager des Happy Mondays, Nathan McCough.
Ils se jettent alors à corps perdu dans les tournées et les enregistrements pendant les quatre années qui suivent.
Leur premier album, Safe Sex Designer Drugs and the Death of Rock and Roll, paru en 1994 , marque des débuts débordants d'énergie et riches en bons morceaux. En 1996, leur percutant deuxième album Love Your Self Abuse permet à leur style d'atteindre un tout autre niveau.
Chacun de ces opus est accueilli avec enthousiasme, le dernier en date acquérant ses lettres de noblesses grâce aux très convoités 5 « K » attribués par le magazine Kerrang! Quelques années plus tard, ledit magazine classa Love Your Self Abuse parmi les 100 meilleurs albums de rock britannique de tous les temps.
Le groupe entame alors une tournée à travers le Royaume-Uni et plusieurs pays d'Europe, parmi lesquels la France, qui s'avère particulièrement réceptive. Les deux albums sont également distribués aux Etats-Unis, où le groupe fait une longue tournée en 1995.
Le batteur, Davy, tire sa révérence en 1996 suite à des problèmes de santé.
Les débuts du long interlude de Baby Chaos sont marqués par un changement de nom du groupe pour Deckard en 1998, au moment où Chris et sa bande signent un contrat avec le label américain Reprise. A cette époque, le groupe souhaite entamer un léger changement de cap et repartir d'un nouveau pied avec le nouveau batteur Gen Matthews (précédemment chez Jesus Jones).
A partir de ce moment-là, la formation enchaîne détours et péripéties, avec notamment Regency Buck ou encore Union of Knives, dans lequel Chris choisit de suivre une toute nouvelle direction dans laquelle il parvient à continuer de faire briller son talent pour l'écriture. Il attire également l'attention pour son œuvre en tant que producteur, avec quelques pépites dont une poignée de hits pour la star espagnole Monica Naranjo.
Baby Chaos revient à la vie un beau jour de Décembre 2010, quand Ginger Wildheart les incite à jouer un concert de retrouvailles à Glasgow, avec Davy de retour derrière les cymbales. Alors que ce show est organisé pour être un événement unique, ce dernier se déroule tellement bien que le groupe retrouve l'envie de travailler ensemble. Il est cependant clair qu'il faut se concentrer à produire de nouveaux morceaux – et éviter que cela ne se limite à la nostalgie de leur folle jeunesse. Pour ces créatifs insatiables, la seule option est donc d'aller de l'avant. «  Plus que tout autre chose, notre longue amitié est ce qui a amené le groupe à se reformer » dit Chris. « Si la création de cet album ne nous avait apporté aucun plaisir, le projet se serait arrêté avant même d'avoir commencé. Mais quand nous nous sommes retrouvés à déborder d'idées pour de nouveaux morceaux, nous avons retrouvé du réconfort et beaucoup d'humour en compagnie les uns des autres. »
L'enregistrement de Skulls... débute fin 2013 pour se poursuivre tout au long de 2014, le temps nécessaire pour les membres du groupe de produire, malgré leurs vies trépidantes, un album qu'ils considèrent comme digne d'attention aux yeux du monde. Il en résulte un album explosif et émotionnellement texturé, ancré dans son époque, qui se dresse fièrement aux côtés de compatriotes écossais comme Biffy Clyro, ou encore Queens of the Stone Age, Muse, Foo Fighters ou The Killers.