Image of UNCOMMONMENFROMMARS : Functional dysfunctionality

UNCOMMONMENFROMMARS : Functional dysfunctionality

by UNCOMMONMENFROMMARS

10.00



Telle une Ford Mustang dévalant les rues de San Francisco, Uncommonmenfrommars a déboulé en pleine tornade punk à la fin des 90’s, durant cette satanée décennie qui refuse de céder sa place à l’aube d’un nouveau millénaire en déficit de repères et de valeurs.
Avec ce quatrième album qui dresse un bilan des activités punk des vingt dernières années pour repartir de plus belle, les Unco livrent un disque-charnière qui les fait passer du statut de transmetteur à celui d’émetteur. Douze titres qui prennent des allures de retour vers le futur, UMFM assume sa provenance organique, avec fierté.
Les Unco avalent la route au guidon d’un Functional Dysfunctionality qui dépasse le mur du son et la vitesse de la lumière tout en gardant un œil vissé sur le rétroviseur, un disque qui se compose de toutes les facettes du quatuor qui, à être systématiquement identifié punk / hardcore, a été écarté de son auditoire naturel, le public rock. Si on aborde Functional Dysfunctionality juste en se calant sur le tempo, en fixant le compteur de vitesse sans regarder le panorama, on l’effeuillera sans en goûter toutes les subtilités et les saveurs.
Bien entendu, ça rock à tout va (“Quicksand”, “Get Back On Your Horse”, “My Life”, la tubesque “Key’s In The Mail” ou “My White Russian”), ça punk à toute berzingue (“Bad Ideas”, “Let It Flow”), ça hardcore à tombeau ouvert (“Pink Bullets”, “Positive Nihilist”), ça pop à petites dentelles (“Vampire Girl”, “Face To The Ground”) et parfois, ça fait tout en même temps pour mieux nous mettre le nez dans nos contradictions (la foudroyante “It’s All For The Greater Good” lancée comme une boule de flipper accumulant du bonus à chaque couplet).
Avec un intitulé qui sous-entend que la marge s’impose comme la norme si l’on veut s’en sortir indemne, Functional Dysfunctionality se charge de rappeler que les Uncommonmenfrommars se sont nourris de Snuff, se sont bâfrés d’Undertones, ont déjeuné aux Bullet Lavolta et ont pris des bols de Ramones au goûter pendant des années. Preuve que quand on mène une vie saine et équilibrée, qu’on prend soin de son hygiène bucco-dentaire et qu’on dit bonjour à la dame, on est bien élevé et ça se ressent dans son éducation.

S’il fallait un sésame pour accéder à une nouvelle dimension punk rock, le mot de passe serait Functional Dysfunctionality.

Patrick Foulhoux