Image of Les disparus de la photo

Les disparus de la photo

by GENERIC
,
HELLBATS
,
KICKING
,
NASTY SAMY
,
ORIGINAL DISEASE
,
SECOND RATE
,
THE BLACK ZOMBIE PROCESSION
,
THE IRRADIATES
,
and THE REBEL ASSHOLES

20.00



De 1995 à 2001, j’ai arpenté la scène Rock / Punk / Hardcore dans la région de Montbéliard avec Nothing to Prove, groupe de HxC (new school) issu d’une mouvance alternative insufflée par nos aînés. Autant d’activistes qui faisaient vivre ce que nous appelions : « la Scène ». Beaucoup tiennent encore la rampe. J’ai tout abandonné en 2008 car je n’ai jamais retrouvé l’esprit qui animait cette scène depuis, ni la sincérité avec laquelle j’avais entrepris de pratiquer une musique « hors jeu ».

De la première région industrielle de France naissent-ils des groupes de légende?

Le Rock est une musique contestataire, à travers le son, l’attitude, la revendication et l’opposition, à travers l’action, par soi-même et pour soi-même. Est-ce encore le cas en 2018 ? Une des thématiques des Disparus de la Photo est : « le Rock est mort« . Qui la contestation intéresse encore en 2018 ? Retour non passéiste sur une scène malgré tout ancrée dans le passé, bien qu’elle existe toujours sous différentes formes.

Depuis 40 ans, et les No Fuck Bébé qu’est devenu la scène Punk Hardcore dans le Pays de Montbéliard, Besançon et Belfort ? Le Rock est-il mort ? Quels sont les nouveaux outils des pratiques musicales et sont-ils adaptés à un style contestataire par essence ?

Où se situe l’engagement et l’authenticité en 2017 ?

Dans ce documentaire Les Disparus de la photo, j’interview une quarantaine de personnes qui m’ont définit, contredit, fait douté et enrichi. Ma perception de cette énergie à mon sens disparue, noyée dans le dogme du confort et liée à l’absence de prise de risques se confronte alors à mes pairs qui témoignent à leur tour de ces 5 à 10 années intenses et très productives suivies d’une autre dizaine plus inerte.

Jean-Philippe Putaud / Michalski.